AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexionGroupesFAQ

Partagez | 
 

 Le Temps d'un Crépuscule (13+)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Cristal

avatar

Féminin
Messages 43
Âge : 40
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Ven 15 Juin 2012 - 17:19

PREMIERE PARTIE : OCARINA OF TIME

Chapitre 1

Ganondorf avait été vaincu. Cette nouvelle traversa Hyrule comme une traînée de poudre. Seulement quelques jours après que Link ait mis un point final au règne maléfique du Seigneur des Ténèbres, on entendait des chants et des cris de joie dans toutes les contrées du Royaume.

Le château d’Hyrule, lui-même, était en effervescence. En effet, un événement d’une telle ampleur méritait d’être fêté comme il se doit. Le grand vainqueur devait être honoré. Ce soir aurait lieu la première Fête du Triomphe.

Pourtant, ce matin-là, il n’y avait personne dans les rues. Tout le monde était réuni dans la grande salle du palais pour une cérémonie très officielle. Link, le Héros du Crépuscule comme on l’appelait déjà, devait recevoir des mains de la princesse Zelda un cadeau de remerciements pour l’aide qu’il avait apportée.

La salle du trône portait encore les traces du combat qui avait eu lieu entre ses murs. Les employés du château avaient fait de leur mieux pour apporter un peu de gaieté dans cette pièce qui devait accueillir leur sauveur. Un grand tapis rouge avait été posé à partir de la porte d’entrée jusqu’à l’estrade où se tenait la princesse royale les jours d’audience. Des drapeaux éclatants frappés aux armes d’Hyrule avaient été placés sur tous les murs.

Les habitants du royaume étaient venus en grand nombre pour assister au moment de gloire de celui qui avait ramené la paix. Certains étaient juste venus pour le voir. Beaucoup de rumeurs, plus ou moins vraies, couraient sur son compte. Et de nombreuses jeunes filles voulaient savoir s’il était vraiment aussi beau qu’on le disait.

Par la porte d’entrée grande ouverte, la foule vit arriver une troupe de soldats qui entrèrent en rang serré et prirent place de chaque côté du tapis rouge afin de laisser entrevoir une haie d’honneur allant de la porte vers le trône royal. Le héraut sonna de sa trompette et annonça l’entrée de la princesse.

Celle-ci s’avança. Elle portait une longue robe de cérémonie blanche incrustée de pierres précieuses. Ses cheveux châtains étaient retenus à l’arrière par des rubans du même bleu que ses yeux. Zelda se plaça face à la porte pour attendre l’arrivée du héros.

Le héraut sonna une seconde fois dans sa trompette pour annoncer l’entrée du « Sauveur d’Hyrule ». Tous les regards se tournèrent vers la porte. Un jeune homme aux cheveux clairs et aux yeux d’un bleu très profond s’avança. Il était vêtu d’une chemise blanche surmontée d’une cotte de mailles et d’une tunique verte, ainsi que d’un pantalon beige clair et d’une paire de bottes en cuir. Sur sa tête trônait un bonnet de la même couleur que sa tunique et une boucle bleue ornait chacune de ses oreilles pointues. Il portait sur son dos l’Épée Légendaire, Excalibur, qui lui avait permis de vaincre les forces du mal ainsi qu’un bouclier avec le blason hylien.

Link s’avança lentement, semblant embarrassé par tous ces regards fixés sur lui. Il avait redouté cette épreuve. Sa modestie l’avait incité à essayer d’éviter cette cérémonie, mais la princesse Zelda avait insisté, en expliquant que le peuple avait le droit de connaître le visage de celui qui l’avait sauvé. N’ayant pu refuser, il se trouvait là, sentant tous les regards peser sur ses épaules de jeune homme à peine majeur.

Depuis la fin de ce terrible combat qu’il avait mené contre le Seigneur des Ténèbres, le Héros du Crépuscule n’avait pas eu un moment à lui. Il avait fallu commencer la grande reconstruction du pays alors qu’il n’aspirait qu’à retourner dans son village et à reprendre son ancienne vie de gardien de chèvres. Mais il avait encore un devoir à accomplir tant qu’Hyrule ne se serait pas entièrement remise de ses blessures.

Intimidé devant toute cette foule qui l’acclamait, Link avançait en direction de la princesse avec qui il avait partagé les derniers moments de sa lutte. Zelda était là lors du dernier combat et, sans elle, peut-être n’aurait-il pas triomphé. Quand leurs regards se croisèrent, ils échangèrent un sourire complice. Toutes ces épreuves les avaient rapprochés.

Le jeune homme chercha un visage familier au milieu de la foule. Il le repéra assez facilement. Elle était là, Iria, son amie d’enfance, portant une tunique claire brodée au-dessus d’un pantalon beige. Ses cheveux blond coupé court faisaient ressortir ses grands yeux verts. La voyant lui sourire avec douceur, il se sentit capable de marcher la tête haute au milieu des regards.

Il s’avança vers la princesse. Arrivé en bas des marches menant vers le trône, il mit un genou à terre et salua. Elle descendit l’escalier, tendit sa main à Link et l’invita à se relever et à la suivre.

« Mesdames et Messieurs, laissez-moi vous présenter celui sans qui nous vivrions toujours sous le règne de l’infâme Ganondorf. Il a risqué sa vie pour ramener la paix dans le royaume et vécu des épreuves que nous aurions du mal à imaginer. Ce jeune homme a mérité le droit d’être appelé héros et se voit décerner la Médaille du Courage. »

Zelda se tourna vers un page qui tenait un petit coussin rouge sur lequel trônait une décoration en or fin. Le prénom du Héros était gravé au dos. Elle la prit délicatement et l’attacha avec soin sur la tunique du jeune homme. La teinte rosée que prirent ses joues à ce moment-là n’échappa pas à Iria, placée au premier rang. Ce garçon avait toujours été modeste et le moindre compliment le faisait rougir. Toutes ces épreuves ne l’avaient pas changé finalement…

Ce que la jeune fille ignorait, c’était que Link s’était quelque peu habitué à recevoir des éloges. Si celles-ci ne le faisaient plus autant rougir, c’est parce qu’il avait appris à cacher ses émotions. Sa modestie n’était pas la seule responsable de son émoi.

Cette cérémonie avait été répétée à plusieurs reprises. Link n’avait pas droit à l’erreur et il avait dû recommencer jusqu’à connaître parfaitement son rôle et son texte. La seule différence résidait dans le fait que, lors des répétitions, ils s’étaient contentés de mimer la remise de la médaille. Aujourd’hui, le jeune homme avait senti les mains fines de la princesse déplacer le tissu de sa tunique pour y accrocher le symbole de son courage et de sa victoire.

« Seigneur Link, le royaume d’Hyrule est fier de vous compter parmi ses héros. Veuillez accepter cette épée en récompense des services rendus à la nation. »

Elle prit cette dernière des mains d’un autre page et la tendit au jeune homme en posant un genou à terre. Celui-ci prit le présent des mains de sa princesse et se tourna vers le peuple afin de le leur montrer. Puis il sortit l’arme de son fourreau et la brandit. Sur la lame étincelante qui reflétait la lumière du soleil, étaient gravés ces mots : « A Link, le Héros du Crépuscule, pour services rendus».

Le Premier Ministre s’avança alors vers le jeune homme qui avait remis l’épée dans son étui.

« Héros, la princesse Zelda et moi-même souhaiterions vous voir intégrer la Garde Rapprochée Royale. »

Des cris de surprise fusèrent dans toute la salle. Cette unité d’élite ne comptait que les plus fines lames du royaume. C’était un honneur que d’être appelé à y servir. Une main sur le cœur, Link salua la princesse et son ministre et répondit à la question en ces termes :

« Je vous remercie de l’honneur que vous m’accordez en m’intégrant dans votre Garde Rapprochée et accepte humblement votre offre. Devant le peuple d’Hyrule, je fais le serment de servir et de protéger le pays ainsi que la famille royale au péril de ma vie. »

Bien sûr, Link avait déjà intégré l’unité d’élite, mais il était nécessaire d’officialiser la chose. Sa première mission avait été de poursuivre et d’emprisonner les derniers complices de Ganondorf.

Le héraut sonna une dernière fois de sa trompette et convia les habitants à la grande fête qui aurait lieu le soir même. Les invités commencèrent à quitter la salle. Seule, Iria n’avait pas bougé. Elle attendit que la princesse s’éloigne avec son ministre pour s’approcher de Link.

« Tu vois, ce n’était pas si terrible. Et tu t’en sors sans une égratignure, lui dit-elle avec un sourire espiègle. On aurait pu penser en te voyant avant la cérémonie que tu t’apprêtais à vivre le plus terrible combat de ta vie.
- C’est un peu ça », dit-il en lui rendant son sourire.

A la fin de la discussion qu’elle avait eue avec l’homme d’État, Zelda se dirigea vers les deux jeunes gens. Elle s’arrêta un instant pour les observer. Link était en train de rire, car Iria lui racontait les derniers exploits de Fahd, le second berger du village, qui avait bien du mal à se faire obéir par les chèvres. La princesse se rendit compte qu’il ne lui arrivait pas très souvent de sourire. Sans doute à cause des grandes responsabilités que le statut de Héros avait mises sur ses épaules…

Elle s’en voulait de l’empêcher de retourner vivre à Toal où il retrouverait une vie normale loin de toute cette agitation. Cependant, le royaume avait encore besoin de lui. Agé d’à peine dix-huit ans, Link était devenu un symbole vivant pour tout un peuple.

Il avait obtenu une journée de repos et l’avait bien méritée. Depuis qu’Hyrule avait été sauvée, ses missions s’étaient succédé. Pourtant, Zelda devait encore lui demander de partir pour une tâche importante qui ne pouvait être reportée. Elle prit son temps pour les rejoindre afin de lui laisser encore ces quelques instants de bonheur insouciant.

Le rire de Link se tarit lorsqu’il la vit venir vers lui avec cet air grave qui annonçait une demande officielle.

« Mon ministre vient de me rappeler à l’ordre. Tu dois maintenant aller remettre l’Épée de Légende à sa place.
- Ça ne peut pas attendre, demanda-t-il, tout en connaissant déjà la réponse.
- Malheureusement, non. En temps de paix, cette épée ne doit pas être utilisée. Sa place est dans son Sanctuaire jusqu'à ce que l’on ait encore besoin d’elle. Nous avons déjà fait une exception, car il était important que le peuple te voie avec.
- Dans ce cas, je vais partir immédiatement.
- As-tu besoin d’une escorte ?
- Ce ne sera pas nécessaire. La paix est revenue dans le pays. Je ne pense pas prendre de risque en y allant seul.
- Très bien, ne traîne pas…
- Peut-être pourrais-je l’accompagner », murmura timidement Iria, rougissante à l’idée d’avoir interrompu une personne royale.

Zelda la regarda en souriant.

« Pourquoi pas ? Vous pourrez l’accompagner, mais il devra être le seul à pénétrer dans le Sanctuaire. C’est un lieu sacré. Et surtout, ne traînez pas en route. Le héros se doit d’être présent pour le bal organisé en son honneur. »

Les deux jeunes gens acquiescèrent et regardèrent s’éloigner la princesse. En apprenant qu’il aurait encore une mission à accomplir ce jour, Link avait ressenti une impression d’injustice. Même lorsqu’une journée de repos lui était accordée, il ne pouvait disposer de son temps selon ses désirs. Mais finalement, faire le trajet avec Iria jusqu’à l’Ancien Temple du Temps juste pour y déposer l’Épée de Légende paraissait une bonne idée. Surtout que la journée promettait d’être belle.

C’est donc avec plaisir qu’ils sortirent de la salle et se rendirent directement à l’écurie où Link prépara Epona pour le voyage. De son côté, Iria apprêta la jument avec laquelle elle était arrivée la veille. Une fois prêts, ils s’éloignèrent de la citadelle, en profitant du trajet pour se remémorer les meilleurs souvenirs de leur vie à Toal. Cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas eu l’occasion de se retrouver seuls.

Iria lui apprit que tous les habitants du village seraient présents à la fête organisée en son honneur. À la perspective de revoir tous ses amis, il en éprouva un grand bonheur.

Ils ne mirent que quelques heures pour atteindre leur destination. Dans le passé, il existait un passage qui permettait d’accéder au Temple du Temps depuis la citadelle, mais celui-ci avait été détruit. La seule possibilité pour s’y rendre maintenant était de traverser la forêt de Firone. Depuis, la construction avait été laissée à l’abandon et s’était abîmée avec le temps.

Ils laissèrent les chevaux à l’orée de la forêt et se dirigèrent vers la clairière où siégeait le piédestal de l’épée. C’était autrefois une salle magnifique, mais, aujourd’hui, il ne restait que des ruines.

« Attends-moi ici, demanda Link juste avant de pénétrer dans l’Ancien Sanctuaire. »

Iria était restée à l’entrée de la clairière. De là, elle observa le jeune homme qui s’approcha lentement du piédestal. La jeune fille savait ce que ce moment représentait pour lui : la fin d’un long cauchemar qui avait débuté par l’enlèvement de sa meilleure amie et du petit Colin. Elle fit un pas en avant pour ne pas le perdre de vue.

Le Héros du Crépuscule s’avança, sortit l’arme du fourreau qu’il portait sur son dos et contempla une dernière fois la lame qui lui avait permis de sauver ses amis. Il prit le manche à deux mains et leva l’Épée de Légende pour la positionner au-dessus du piédestal…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Gamezik.fr
Cristal

avatar

Féminin
Messages 43
Âge : 40
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Ven 15 Juin 2012 - 17:22

Chapitre 2

Link abaissa son épée pour la planter dans le piédestal. Au moment même où la lame entra en contact avec celui-ci, une obscurité intense s’abattit sur lui. Il avait l’impression que le sol et les murs avaient commencé à tourner. Une vive douleur le transperça comme un courant électrique et le paralysa des pieds à la tête l’empêchant de lâcher son arme.

Au bout de plusieurs minutes, la lumière revint et la sensation de mouvement s’estompa. Lorsque la douleur commença à s’atténuer, il put enfin lâcher l’Épée et s’écroula sur le sol. Le jeune homme eut à peine le temps de voir qu’il se trouvait dans une salle dont les murs étaient faits de grosses pierres grises avant de sombrer dans l’inconscience.

Link se réveilla dans une pièce sombre. Au début, il ne distinguait rien. Couché sur un sol dur et froid, il voulut se lever, mais s’aperçut que ses mains étaient enchaînées dans son dos. En s’aidant de ses coudes, le jeune homme parvint néanmoins à s’asseoir puis à se mettre debout. Ses yeux s’étant habitués à l’obscurité, il voulut explorer sa prison, mais en fut empêché par la longue chaîne qui le retenait au mur.

Comment était-il arrivé ici ? Pourquoi et par qui avait-il été enchaîné ? Y avait-il encore des complices de Ganondorf désireux de se venger ? Le Héros du Crépuscule pensa aux différentes expéditions qu’il avait menées pour débusquer les quelques hommes qui auraient pu menacer la paix. Était-il possible que certains aient échappé à la traque ?

Link eut un frisson, le froid régnait dans la pièce. Surtout qu’il était en chemise. Sa tunique, son bonnet, sa cotte de mailles et ses armes lui avaient apparemment été retirés. Le jeune homme essaya de rassembler ses souvenirs, mais la dernière chose dont il se rappelait, c’était d’avoir quitté le château d’Hyrule pour se rendre au Sanctuaire de la Forêt dans le but de replanter l’Épée Légendaire.

Quelque chose s’était passé là-bas, mais il ignorait quoi. Il se souvenait juste d’avoir eu un malaise en replantant son arme dans le piédestal et s’être retrouvé dans une salle aux murs de pierres avant de s’évanouir.

L’image d’une jeune fille blonde envahit son esprit. Iria était avec lui au Sanctuaire. Il chercha aux alentours, mais ne trouva aucune trace de son amie. Avait-elle aussi été emprisonnée ou avait-elle réussi à échapper à ceux qui le retenaient ?

Link tenta de se rapprocher de la porte aussi loin que le lui permettait la chaîne et essaya d’entendre les sons de l’extérieur. Il perçut alors, deux voix en dehors de sa cellule, visiblement féminines. Pensant que celles-ci appartenaient aux gardes, le jeune homme essaya de se concentrer afin de comprendre ce qu’elles se disaient. Peut-être en apprendrait-il davantage sur sa situation et sur celle d’Iria…

« Pourquoi doit-on le surveiller ? Après tout, le prisonnier est enchaîné au mur, je ne vois pas par quel prodige il pourrait tenter une évasion.
- Je l’ignore, mais si notre roi prend autant de précautions, c’est qu’il doit y avoir une raison.
- Elles l’ont trouvé inconscient dans le Temple du Temps. Je me demande ce qu’il faisait là-bas.
- Deux femmes de notre compétence pour surveiller un môme endormi et immobilisé dans une cellule. C’est vraiment du gâchis !
- C’est peut-être un môme, comme tu dis, mais tu as vu ce qu’il avait sur lui quand elles l’ont amené. Une épée et un arc, c’est normal pour un combattant, mais tu as vu le reste ? Même ses vêtements ont été enlevés. Et cette tunique en fer qu’il portait ? Jamais je n’avais vu une chose pareille...
- Moi, ce n’est pas ça que j’ai regardé ! Tu as vu son visage. C’est un joli garçon. Dommage qu’il soit évanoui, j’aurais bien voulu voir ses yeux… »

Soudain, les voix se turent, car un bruit de pas s’était fait entendre dans le couloir. Comprenant que les gardes s’étaient levées et se préparaient à recevoir de la visite, Link retourna rapidement se coucher sur le sol en essayant ne pas se faire remarquer. Il ne voulait pas qu’on sache qu’il avait émergé, le jeune homme se remit dans sa position de départ. Une troisième voix de femme résonna :

« Ouvre la porte, je dois amener le prisonnier dans la tente du maître. »

Une des gardes se précipita pour déverrouiller la serrure. Le Héros du Crépuscule ferma les yeux pour simuler un état d’inconscience. La porte s’ouvrit, la femme resta dans l’encadrement et observa Link, allongé sur le sol. Elle avait de longs cheveux roux attachés en une queue de cheval et portait un large pantalon blanc ainsi qu’un petit bustier brodé de la même couleur. Sur son front brillait un rubis et un sabre pendait à sa ceinture.

« Alors, c’est lui ? Le fameux « Héros » qui aurait défait Ganondorf ? Comment aurait-il pu ? Ce n’est qu’un enfant !
- Un enfant bien armé, capitaine Nabooru, répondit une des femmes.
- S’est-il réveillé ?
- Nous avons entendu quelques bruits provenant de sa cellule.
- Et vous n’avez pas vérifié ? Première erreur. Il ne faut jamais sous-estimer son ennemi. Même si c’est un enfant.
- Je m’en souviendrai.
- Tu ferais bien. Ce freluquet pourrait faire semblant de dormir et vouloir tenter une évasion. Venez avec moi et tenez-vous sur vos gardes ! »

Link n’avait pas perdu un mot de la conversation, mais il garda néanmoins les yeux fermés. Nabooru s’approcha et lui envoya un violent coup de pied dans les côtes pour signaler sa présence. Le jeune homme encaissa le coup sans un cri et posa son regard sur elle.

« Lève-toi, tu es attendu ! »

Estimant sans doute qu’il n’obtempérait pas assez vite, la Gerudo l’attrapa par le col de sa chemise pour le mettre debout. Elle fit ce geste sans aucune difficulté, lui prouvant ainsi sa supériorité. Link leva la tête et la regarda droit dans les yeux.

« Tu as du cran d’oser me fixer alors que tu ignores ce dont je suis capable. »

Elle le lâcha et il retomba durement sur le sol. Puis s’adressant aux deux gardes qui venaient d’entrer :

« Préparez-le ! Je dois l’emmener ! »

Les deux femmes se précipitèrent pour obéir aux ordres. Elles portaient le même genre de vêtements que le capitaine, seule la couleur était différente. Les gardes l’attrapèrent chacune par un bras pour le mettre debout. L’une des deux pointa son sabre sur sa gorge tandis que l’autre s’affairait à lui attacher les mains avec une corde avant de lui retirer les chaînes.

« Un conseil : laisse-toi faire ou ton geste de rébellion sera le dernier de ton existence », lui dit la première.

Link savait que résister était inutile. À trois contre un et sans arme, ses chances étaient minces. De plus, ne connaissant pas les lieux, le jeune homme risquait de se faire reprendre assez rapidement. Le Héros du Crépuscule préféra attendre de savoir à qui il avait affaire et ce que le « maître » attendait de lui. Après tout, s’ils avaient voulu le tuer, ce serait probablement déjà fait.

Dès qu’il fut prêt, les gardes l’emmenèrent hors de la cellule. Ils traversèrent de nombreux couloirs et prirent maints escaliers, éclairés par de rares torches, pour déboucher dans une grande cour de sable. La lumière et la chaleur du soleil surprirent Link lors de leur sortie. Ses yeux mirent quelques secondes à s’habituer au changement de luminosité.

Le jeune homme se rendit alors compte qu’il était dans une forteresse apparemment située au milieu d’un désert. Était-ce le désert Gerudo ? Pourtant, celui-ci était inhabité. La hauteur du soleil lui indiquait que la journée était bien avancée et que la nuit ne tarderait pas à tomber. Combien de temps était-il resté inconscient ?

Link regarda autour de lui, cherchant à en apprendre davantage sur ses adversaires, mais il ne vit que des femmes, portant les armes. Qui étaient-elles ? Faisaient-elles partie des fières Gérudos, le peuple du désert ? Pourtant, cette race s’était éteinte des années auparavant.

Le jeune homme fut tiré de ses pensées par ses gardes qui le pressaient. Elles le conduisirent vers une grande tente plantée un peu plus loin. Ils entrèrent. La pièce qu’il découvrit était richement décorée et présentait un certain confort. Des commodes en bois de chêne étaient placées devant les murs de toile et de nombreux coussins brodés étaient posés sur des fauteuils sculptés. Sur une table, Link aperçut les objets qui lui avaient été enlevés.

Le capitaine lui donna un coup à l’arrière des jambes afin qu’il tombe à genoux. Les deux gardes le forcèrent alors à baisser la tête. Elles s’inclinèrent également. Se sentant humilié par cette position, le jeune homme tenta de redresser la tête. Voyant cela, les gardes l’attrapèrent alors par les cheveux afin de le maintenir dans cette position.

« Maître, nous vous avons amené le prisonnier. »

Link tenta de voir à qui elle s’adressait, mais sa situation ne lui permit de voir que les pieds de l’homme. Finalement, il n’y avait pas que des femmes dans ce camp…

« Merci Nabooru, alors c’est lui, le Héros du Crépuscule dont on m’a conté les exploits ?
- Nous l’avons trouvé à l’endroit que vous nous aviez indiqué, juste à côté de l’Épée. De plus, il correspond parfaitement à la description. Aucune erreur n’est possible.
- Bien. Laissez-nous à présent. Je vous appellerai quand j’aurais de nouveau besoin de vous. »

Les femmes desserrèrent leur étreinte et quittèrent les lieux rapidement. Link put relever la tête et observer son adversaire. Celui-ci lui tournait le dos et se trouvait près de la table où reposaient les objets du prisonnier, observant l’épée. De grande taille et présentant une musculature bien développée, l’homme était vêtu d’une armure sombre et d’une grande cape bleue. Ses cheveux roux étaient tirés en arrière.

Cette silhouette semblait familière à Link. Une crainte s’insinua dans son cœur dont les battements se mirent à s’accélérer. Il ne connaissait qu’un individu avec une telle carrure, mais celui-ci ne pouvait pas être devant lui. Le Héros du Crépuscule l’avait vu s’effondrer sous ses coups et il ne s’était pas relevé. Se pouvait-il que son ennemi ait survécu ?

Comme s’il avait senti le regard du jeune homme sur lui, le géant se retourna et le fixa. Link n’en croyait pas ses yeux. Plus aucun doute n’était permis. Ganondorf en personne se tenait là, bien vivant. Toutes les épreuves par lesquelles il était passé, tous les combats qu’il avait menés n’avaient-ils servi à rien ? Le cauchemar n’était pas terminé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Gamezik.fr
lol-74

avatar

Féminin
Messages 288
Âge : 18
Localisation : Dans tes pires cauchemars!! xD
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Ven 15 Juin 2012 - 17:50

Shocked t'as un vrai talent d'écrivaine! mais tu t'es trompée, t'as mis 1er chapitre : ocarina of time mais ça ne se peut pas car la forêt de Firone c'est dans twilight princess et Le Héros du Crépuscule aussi.
SInon c'est hyper bien, j'y ai lu avec beaucoup d'attention et j'espère qu'il y aura une suite. J'ADORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristal

avatar

Féminin
Messages 43
Âge : 40
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Ven 15 Juin 2012 - 18:11

Merci pour ton commentaire !

Ce n'est pas une erreur, tu comprendras rapidement pourquoi !

Oui, il y aura une suite (très bientôt) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Gamezik.fr
dumoria 48

avatar

Masculin
Messages 403
Âge : 18
Localisation : Hauts-de-Seine(92)
Date d'inscription : 14/07/2011

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Ven 15 Juin 2012 - 18:18

J'étais sûr que c'était pas une erreur !
J'allais dire "chut lol! attends tu vas voir dois y avoir un truc et tout..."
Sinon super boulot de ta part Cristal, hâte de voir la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nintedogeek.forumactif.fr
SkyZelda

avatar

Féminin
Messages 188
Date d'inscription : 08/12/2011

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Ven 15 Juin 2012 - 20:44

WAOUH O_O
J'aime vraiment beaucoup ton style d'écriture, il est agréable et vraiment riche!
Hâte de voir la suite, lire ces chapitres a été pour moi un pur régal. (je rêverai écrire aussi bien!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristal

avatar

Féminin
Messages 43
Âge : 40
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Sam 16 Juin 2012 - 10:05

Merci pour vos commentaires !
J'espère que la suite vous plaira !


Chapitre 3

Ganondorf regardait son prisonnier à genoux devant lui, un sourire cruel sur le visage. Ce dernier n’avait même pas pensé à se relever tant il était surpris.

« Je comprends ton étonnement, mais je ne suis pas celui que tu crois. Enfin pas vraiment. D’après mes informations, on t’appelle « Héros du Crépuscule », mais ton vrai nom est Link, n’est-ce pas ? »

Le jeune homme ne répondit pas, se contentant de fixer Ganondorf. Il ne comprenait plus rien. Ce matin, une médaille lui avait été offerte pour avoir vaincu celui qui se trouvait à présent juste devant lui. Pourtant, son ennemi affirmait ne pas être celui qu’il croyait. De plus, ce dernier n’avait pas l’air de le reconnaître. Se jouait-il de lui ? N’aurait-il réussi qu’à lui faire perdre la mémoire, croyant l’avoir éliminé ?

Comment allait-il expliquer à la princesse d’Hyrule et au peuple que celui qu’ils avaient cru mort était de retour ? Comment pourrait-il leur dire que lui, le Héros qu’ils avaient reconnu en tant que tel, avait finalement failli à sa mission ? D’ailleurs serait-il encore là pour le leur dire ?

Link ne pensait pas que Ganondorf l’avait fait emprisonner et amener juste pour faire la conversation. Cet homme devait attendre quelque chose de lui sinon, il serait déjà en train de se faire exécuter.

La voix de son ennemi le sortit de ses pensées. Ce dernier n’avait pas l’habitude qu’on se permette de l’ignorer. Ce freluquet ne devait surtout pas se croire autorisé à le défier.

« Tu refuses de répondre ! À ta guise. Ton nom est écrit sur ta lame. »

Ganondorf s’avança vers la table et prit l’épée qu’il sortit de son fourreau.

« Belle arme ! Elle semble neuve. « À Link, le Héros du Crépuscule, pour services rendus ». Apparemment, c’est un cadeau. Une récompense pour m’avoir vaincu ? »

Link ne répondait toujours pas. Ganondorf s’approcha alors de lui et plaça la lame sur sa gorge, ses yeux lançaient des éclairs. Il donna une pression juste assez forte pour provoquer une légère entaille d’où s’échappa une petite goutte de sang.

« Réponds ! Ce serait dommage que la première victime de cette lame magnifique soit son malheureux propriétaire !
- Oui. Cette épée est une récompense pour avoir débarrassé le monde d’un monstre de ton espèce. Que me veux-tu ? Pourquoi suis-je ici ? Et surtout où sommes-nous ?
- Tu as retrouvé l’usage de la parole, dirait-on, lâcha Ganondorf en éloignant la lame de son cou. Tu es ici chez moi, dans le désert Gerudo, au milieu de mon peuple, des guerrières. »

Il se rapprocha de la table et utilisa la tunique de Link pour essuyer la lame.

« Le désert Gerudo est inhabité et tu le sais aussi bien que moi.
- Il n’a pas toujours été inhabité. Tu devrais revoir ton Histoire d’Hyrule, tu as des lacunes. En ce qui concerne la raison de ta présence ici, tu le sauras bien assez tôt. Estime-toi heureux d’être encore en vie. Tu es en mon pouvoir et dans l’incapacité de te défendre. »

Comme pour lui prouver le contraire, Link se leva d’un bond et fonça sur son ennemi. Sans sourciller, comme s’il s’y attendait, Ganondorf arrêta sa course en le frappant avec la garde de l’épée en plein milieu du front. La violence du coup déséquilibra le jeune homme qui se retrouva projeté contre la table. Ce dernier était tombé sur le dos et éprouvait quelques difficultés à se remettre debout.

« Tu es prévisible, affirma-t-il en le regardant avec dédain. Tu ne peux rien contre moi, je te l’ai dit. De plus, je n’ai qu’un mot à dire et tu te retrouverais encerclé de guerrières. »

Ganondorf s’approcha, attrapa Link par le col de sa chemise et le souleva avec une déconcertante facilité. Il l’assit dans un des fauteuils et prit place dans un autre.

« Maintenant, ne bouge plus et écoute ! Tu es ici par la volonté de l’homme que tu as battu.
- Je me doute que c’est toi qui es derrière tout ça.
- Je te l’ai dit : c’est moi et ce n’est pas moi.
- Aurais-tu perdu la raison ? Il y a quelques jours à peine tu as tout tenté pour me tuer, sans succès, et maintenant, tu insultes mon intelligence. »

Il avait appuyé sur les mots « sans succès », comme pour réaffirmer sa volonté à ne pas plier devant son ennemi. Ganondorf le regardait avec un sourire cruel.

« D’après les informations qu’on m’a fournies sur toi et tes agissements, il est fort probable que j’aie essayé de t’éliminer. Pourtant, je n’ai pas tenté de te tuer, du moins pas encore.
- Que veux-tu dire ?
- Que faisais-tu avant de te réveiller au fond d’un cachot de ma forteresse ? N’étais-tu pas en train de reposer l’Épée de Légende à sa place ?
- C’est facile à deviner. La paix étant revenue sur le royaume, elle ne m’était plus d’aucune utilité. En plus, c’est là-bas que tes sbires m’ont trouvé. Ça ne prouve rien !
- Au moment où l’Épée a touché la pierre, il ne s’est rien passé d’étrange ? »

Surpris par la question, Link ne trouva rien à répondre. Comment pouvait-il savoir ça ? Mais le jeune homme se reprit rapidement.

« Ça ne prouve toujours rien, tu as dû me faire suivre par tes espions.
- Quelle est la dernière image que tu as eue juste avant de t’évanouir ? »

Link réfléchit et se rappela avoir vu des murs là où il n’aurait dû n’y avoir que des ruines.

« C’est vrai, j’ai eu l’étrange impression de ne pas être au même endroit. Pourtant, l’Épée était toujours là et elle est unique, murmura-t-il pour lui-même.
- Tu as voyagé, mais tu es resté au même endroit.
- C’est absurde ce que tu dis. Tu ne peux pas te déplacer en restant au même endroit. Essaierais-tu de me faire croire que j’ai voyagé dans le temps ? Je ne suis pas si stupide ! »

Ganondorf s’amusait beaucoup de voir le héros essayer de comprendre ce que lui avait intégré depuis maintenant un certain temps.

« Et que fais-tu de toutes les incohérences que tu as mentionnées : le désert censé être inhabité, les murs qui se reforment… Tu te trouves dans mon présent, mais dans le passé. »

Link avait du mal à comprendre. Il remarque le regard moqueur de son interlocuteur.

« Dans ce cas, comment se fait-il que tu connaisses autant de choses sur moi ? Mon titre de Héros par exemple, ou le fait que je t’aie réglé ton compte ?
- Je te l’ai dit. J’ai reçu des informations !
- De qui ? De toi-même, ricana Link. »

Ganondorf lui lança un regard noir, mais se contint et continua son explication.

« Il y a maintenant sept ans, j’ai reçu un étrange visiteur, ici même à la forteresse. À l’époque, je pensais à envahir Hyrule. Il connaissait le mot de passe qui menait à ma tente. Il s’appelait Xanto !
- Xanto ?
- Il s’est présenté comme mon associé dans le futur… J’ai eu du mal à le croire.
- Tu t’es servi de lui pour arriver à tes fins. »

Le roi des Gerudos sourit en pensant à tous ceux qu’il avait manipulés...

« Ce n’est qu’un détail ! Pour me convaincre, Xanto a exposé, en long et en large, le plan auquel j’avais pensé pour m’emparer du pouvoir. Cet homme ne pouvait pas le savoir. Je n’en avais parlé à personne. Même Nabooru, mon bras droit, ignorait mes projets. Ensuite, il m’a dit que je parviendrais à soumettre Hyrule. Selon lui, un seul homme était capable de mettre fin à mon règne. Le « Héros du Temps », qui devait arriver sept ans plus tard et remporterait la victoire. Évidemment, je n’ai pas cru ses histoires, mais toutes ses prédictions se sont réalisées.
- Il est juste venu te donner des détails sur ton avenir ?
- Non, il m’a raconté ma défaite, c’est vrai, mais pas seulement. Toujours selon ses dires, j’avais un problème similaire à son époque. Avec un certain « Héros du Crépuscule », ça te dit quelque chose ? »

Link ne répondit pas.

« Après ma défaite, j’aurais été condamné à être envoyé dans un monde d’obscurité d’où je me serais échappé grâce à lui. J’aurais amené le crépuscule dans le royaume d’Hyrule, prenant ainsi le pouvoir. Selon ses dires, tu avais ramené la lumière sur les terres et tu t’étais emparé de l’Épée de Légende, seule arme capable d’anéantir le mal. Apparemment, Xanto te croyait capable d’arriver à le vaincre. Alors, il m’a parlé du piège qui te serait tendu, au cas où finalement, tu parviendrais à tes fins.
- Un piège ?
- Et tu es tombé dedans la tête la première, mon garçon. Il savait que tu replanterais la Lame Sacrée, une fois la paix revenue. Ils ont apporté des modifications au socle pour que celui-ci relie ton époque à la mienne. L’Épée en étant le déclencheur. Et malheureusement pour toi, tu es le seul à pouvoir la manipuler. »

Link essaya de faire le point sur sa situation. Puis il posa son regard clair dans celui de son ennemi.

« Pourquoi me racontes-tu ça ? Qu’est-ce que je viens faire dans cette histoire ?
- J’y viens. Si je te trouvais dans le Sanctuaire le jour dit, cela signifiait, certes, une nouvelle défaite pour moi dans le futur, mais aussi une chance supplémentaire maintenant. En m’alliant avec un héros, je devrais être capable d’en vaincre un autre… »

Link ne put s’empêcher de rire ce qui déplut fortement à Ganondorf.

« Tu penses réellement que je vais t’aider ? Je suis hylien et garde de la Famille Royale. Ce n’est pas parce que j’ai voyagé dans le temps que je vais renoncer à mon serment de protéger mon royaume.
- Xanto m’avait prévenu que je risquais d’avoir des difficultés à te convaincre. Tu m’aideras, de gré ou de force. »

Ces derniers mots, Ganondorf les avait presque hurlés. L’entêtement de ce jeune freluquet à vouloir le défier l’énervait au plus haut point. Pourtant, il lui reconnaissait un certain courage qui forçait l’admiration.

« Tu ne peux pas m’obliger à faire quelque chose contre ma volonté.
- Il existe bien des façons pour contraindre un homme, dit le tyran en savourant par avance, les différentes méthodes qu’il pourrait utiliser avec lui.
- Peut-être, mais aucune ne fonctionnera sur moi. Je suis prêt à mourir pour défendre mon pays.
- Mon but n’est pas de te tuer, car j’ai besoin de toi en vie, mais je peux te faire regretter d’être né. »

Link fixa son regard dans les yeux sombres de son ennemi.

« Tu ne me fais pas peur, Ganondorf !
- Tu as du courage. Ceux qui osent me défier ne sont pas nombreux. Je vais t’accorder une dernière chance. Réfléchis ! Tu es en mon pouvoir et tu ne me résisteras pas longtemps. Épargne-toi des souffrances inutiles ! De toute façon, tu feras ce que je veux ! »

Le tyran s’approcha d’une cordelette sur laquelle il tira. Un carillon se fit entendre. Aussitôt, les trois femmes réapparurent.

« Ramenez-le dans sa cellule. Ce gringalet a besoin de réfléchir pour prendre la bonne décision. Faites lui comprendre qu’il ne peut pas s’échapper ! »

Les gardes s’approchèrent de Link et le relevèrent. Le jeune homme fut ramené dans sa cellule par le même chemin qu’à l’aller. Avec brutalité, elles le plaquèrent sur le sol afin de lui retirer les cordes. Allongé sur le ventre, sentant la pression des deux gardes qui le maintenaient dans cette position, il attendit que Nabooru ait terminé de lui remettre ses chaînes.

Après leur départ, le jeune homme se retrouva seul dans le noir, se demandant comment faire pour se sortir de cette situation. Link se retrouvait à une époque qui n’était pas la sienne. Le combat du Héros du Temps ne le concernait en rien et surtout, d’après ses informations, celui-ci n’avait pas besoin d’aide. Il devait trouver un moyen pour rentrer dans son monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Gamezik.fr
lol-74

avatar

Féminin
Messages 288
Âge : 18
Localisation : Dans tes pires cauchemars!! xD
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Sam 16 Juin 2012 - 11:13

je comprends maintenant pourquoi t'as mis ocarina of time comme titre xD comme avant, je trouve ça génial! j'adore ta façon d'écrire et bonne continuation Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristal

avatar

Féminin
Messages 43
Âge : 40
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Dim 17 Juin 2012 - 12:43

Chapitre 4

Une fois que les gardes eurent emmené Link, Ganondorf réfléchit. Il repensa à ce jour où, sept ans auparavant, un homme dissimulant son visage sous un masque était venu le trouver. Celui-ci se nommait Xanto et prétendait connaître des informations capitales concernant les projets de conquête du roi des Gerudos.

À cette époque, Ganondorf ne faisait que penser à une éventuelle prise de pouvoir et n’en avait parlé à personne. Il accepta donc d’écouter son étrange visiteur qui se présenta comme son acolyte dans l’avenir. Celui-ci lui raconta alors ce qui l’attendait dans un futur plus ou moins proche.

Pour commencer, Ganondorf arriverait à prendre le contrôle d’Hyrule qu’il garderait pendant sept longues années. Il parviendrait également à entrer dans le Temple du Temps qui renferme la Triforce, mais ne pourrait l’obtenir… Selon la légende, cet artéfact exaucerait le vœu le plus cher de son possesseur.

C’est un enfant d’une dizaine d’années qui lui permettrait d’entrer dans le lieu sacré. Grâce à l’Ocarina du Temps que lui laisserait la princesse et des trois pierres sacrées d’Hyrule, celui-ci actionnerait l’ouverture du Sanctuaire, ouvrant ainsi la voie, avant de disparaître mystérieusement.

Mais l’artefact se briserait en trois morceaux lorsqu’il essaierait de s’en emparer : la force, la sagesse et le courage. Le roi des Gerudos n’en obtiendrait qu’un, le premier. Pour pouvoir réaliser son vœu qui était de gouverner le monde entier, Ganondorf devrait retrouver les morceaux manquants. Chacun d’eux ayant été confié à un Elu : la princesse Zelda pour la sagesse et le Héros du Temps pour le courage, le tyran se devait de retrouver les deux porteurs, et de les vaincre.

Une fois, un morceau de la Triforce en sa possession, le royaume d’Hyrule lui appartiendrait. Mais, au bout de sept ans, viendrait le seul être capable de l’anéantir. Le petit garçon, disparu de façon soudaine après l’ouverture du Sanctuaire, le Héros du Temps. Selon les dires de Xanto, celui-ci parviendrait au bout du compte à l’arrêter dans sa conquête et à permettre aux Sages, les gardiens de l’artéfact, de l’envoyer dans un monde parallèle où il ne pourrait plus nuire au royaume.

C’est de là que venait l’étrange visiteur. Il lui parla de son retour dans le monde d’Hyrule par son intermédiaire et de sa tentative pour reprendre le pouvoir. Mais là aussi, quelqu’un était là pour lui mettre des bâtons dans les roues. Un jeune homme de la même trempe que le Héros du Temps, peut-être un de ses descendants. En effet, les deux garçons porteraient la même marque sur la main gauche, symbole de la Triforce du Courage. Xanto lui avait présenté la situation en ces termes :

« Ce gêneur est déjà parvenu à saborder quelques-uns de nos projets et nous craignons qu’il ne continue. C’est pourquoi mon maître m’a envoyé ici. Si ce morveux devait parvenir à vaincre le Seigneur des Ténèbres, ce sera à vous de le lui faire payer au prix fort. »

Xanto lui expliqua le plan qui visait à envoyer le jeune homme dans le passé. Ganondorf serait alors en possession d’un inestimable allié, pour peu qu’il arrive à le contrôler. Bien sûr, ce ne serait pas facile. Le précieux cadeau lui serait livré dans le Sanctuaire à une date précise. Après, ce serait à lui de l’utiliser à bon escient.

Après avoir délivré son message, le visiteur était parti et n’était jamais revenu. Bien sûr, croire toutes ces histoires un peu folles était difficile. Pourtant, les évènements prédits commencèrent à s’enchaîner. Le roi des Gerudos se surprit plusieurs fois à réfléchir au sort qu’il pourrait réserver à ce héros, si celui-ci débarquait un jour.

Et maintenant, il était là, bien vivant, enfermé et enchaîné, dans l’incapacité totale de se défendre. Xanto lui avait parlé de son courage et de sa détermination. Le convaincre ne serait pas facile. Pourtant, un détail dans l’arrivée du jeune homme n’avait pas été prévu. Un élément qui pourrait, si les suppositions de Ganondorf s’avéraient exactes, contraindre le Héros à accepter les conditions de son ennemi.

Le roi des Gerudos avait chargé un de ses hommes, Sheik, de vérifier l’exactitude de ses convictions. En attendant la confirmation de ses hypothèses, il utiliserait les bonnes vieilles méthodes de persuasion. Le garçon serait certainement toujours aussi buté le lendemain matin. Cette nuit de réflexion avait pour seul objectif de déstabiliser le prisonnier. Celui-ci devait s’imaginer les différentes tortures que pourrait lui infliger son ennemi afin de le faire plier à sa volonté.

Ganondorf savait que lorsque l’on voulait contraindre quelqu’un par la force, l’affaiblir autant psychologiquement que physiquement était nécessaire. Et le roi des Gerudos se ferait un réel plaisir de lui infliger ça. Après tout ce qu’il avait fait, cet entêté l’avait amplement mérité.

Après la petite conversation qu’ils avaient eue ensemble ce jour, les impressions de Ganondorf concernant le jeune homme avaient été confirmées. Celui-ci présentait bien toutes les caractéristiques du héros. Il lui avait exposé son plan concernant l’aide que celui-ci pourrait lui apporter. Mais son plan ne s’arrêtait pas là.

Quelques années auparavant, Ganondorf avait eu l’idée d’utiliser cet allé imprévu d’une autre façon. Après avoir entendu parler de son futur, il s’était senti attiré par ce monde, à peine sorti d’une période de guerre. Le royaume en pleine reconstruction ne serait pas en mesure de se protéger correctement en cas de nouvelle attaque.

De plus, si le voyage dans le temps était possible dans un sens, il devait également l’être dans l’autre, les deux époques ayant été reliées. C’était une occasion à ne surtout pas manquer.

La possession de la Triforce lui permettrait de contrôler le monde. Si, en plus, il parvenait à maîtriser le temps, plus personne ne serait en mesure de l’arrêter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Gamezik.fr
Cristal

avatar

Féminin
Messages 43
Âge : 40
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Dim 17 Juin 2012 - 12:44

Chapitre 5

Le lendemain à l’aube, Link fut réveillé par la faim qui lui tenaillait l’estomac. La dernière fois qu’il avait mangé remontait à la veille au matin. De plus, la nervosité qu’avait éprouvée le jeune homme juste avant la cérémonie, l’avait rendu incapable d’avaler autre chose qu’un léger morceau de pain. Son intention était de prendre un repas plus consistant avec Iria après avoir replanté l’Épée, mais ses projets avaient été contrariés.

Link repensa alors à son entrevue avec Ganondorf. À aucun moment, il n’avait fait mention de la présence d’une autre personne dans le Sanctuaire. De plus, la jeune fille n’était pas dans la clairière lorsque la lame avait été replantée. Cela le rassurait.

Cela voulait dire qu’il était le seul à avoir fait le voyage et qu’elle était probablement encore à leur époque. Mais cela signifiait également que personne ne pourrait lui porter secours. Sa disparition resterait inexpliquée pour ses amis.

Pourtant, à aucun moment, Link n’envisagea de trahir son serment. Il resterait fidèle jusqu’au bout, malgré ce que cette décision impliquait pour son intégrité physique. Son ennemi n’était pas homme à accepter facilement un refus. Et les jours qui allaient suivre risquaient d’être très difficiles pour lui.

Le prisonnier ignorait jusqu’où son ennemi serait capable d’aller pour le contraindre et ce qu’il pourrait endurer. Mais, dehors, le Héros du Temps se préparait à frapper et les jours de Ganondorf étaient comptés. Link devrait résister jusqu’à ce que son adversaire soit vaincu.

Lorsque Nabooru entra dans la pièce, toujours suivie des deux geôlières, le jeune homme se tenait assis, le dos contre le mur du fond.

« J’espère que tu as fait le bon choix. Le Seigneur Ganondorf aimerait connaître ta décision. Il t’attend.
- Je crains qu’il ne soit déçu…, répondit-il avec une pointe d’ironie dans la voix.
- Tu ne sembles pas avoir compris dans quelle situation tu te trouves. Tu n’as pas vraiment le choix. Tu ne fais que retarder l’inévitable. »

Nabooru fit signe aux deux femmes. Comme la veille, celles-ci lui lièrent les mains avec une corde avant d’enlever les chaînes. Ensuite, elles le conduisirent à l’extérieur par les mêmes couloirs. Devant l’entrée de la tente, Nabooru congédia ses gardes et fit entrer Link. Ganondorf était confortablement installé dans un fauteuil.

« Alors, quelle est ta réponse ?
- À quel propos ? »

Un éclair de colère traversa ses yeux. La perspective de se voir contraindre par la force n’impressionnait pas le jeune homme autant que Ganondorf l’aurait voulu.

« Ne joue pas au plus malin avec moi ! Veux-tu être traité en allié ou en ennemi ? C’est ta dernière chance de prendre la bonne décision. »

Link fit mine de réfléchir un instant.

« Ma réponse est : va te faire voir ! Jamais je n’aiderai un être aussi abject que toi. Tu me fais vomir ! »

Nabooru dégaina son sabre et se servit du manche pour frapper le jeune homme au visage. Celui-ci accusa le coup sans un cri. Ensuite, d’un mouvement habile de la jambe, elle le déséquilibra. Il s’effondra sur le sol. La femme en profita pour lui asséner de nombreux coups de pied dans l’estomac.

« On ne parle pas de cette façon au roi des Gerudos. Je vais t’apprendre le respect. »

Ganondorf leva la main. Les coups cessèrent. Link se remit péniblement debout, ses liens l’empêchant de se mouvoir avec habileté. Ensuite, le captif releva courageusement la tête et planta ses yeux bleus dans ceux de son ennemi. Celui-ci n’aimait pas voir cette fierté sur le visage du jeune homme alors qu’il aurait voulu y lire de la peur.

« Crois-moi ! Cette petite séance est dérisoire, comparée à ce que tu vas subir si tu t’obstines à ne pas comprendre. Tu es seul ici. Personne ne viendra t’aider. Penses-tu pouvoir me résister longtemps ?
- Tant que j’en aurais la force, affirma-t-il avant d’ajouter, un sourire sur les lèvres, mais tu te trompes sur un point. Quelqu’un est en route pour m’aider, sans le savoir : le Héros. Tes jours sont comptés… »

Ganondorf se leva d’un bond et s’approcha du jeune homme. Ses yeux étaient injectés de rage quand il le menaça les dents serrées.

« N’en sois pas si sûr. Ce morveux ne te sauvera pas. Si je dois être vaincu, tu le paieras de ta vie.
- Dans ce cas, tue-moi tout de suite ! Jamais je ne t’aiderais ! Tu peux me faire subir ce que tu voudras. Tu ne tireras rien de moi. Je refuse d’être la cause du malheur d’Hyrule.
- Donc, tu choisis la souffrance ! Tant pis pour toi. Nabooru, donne-lui une bonne leçon. »

Elle l’attrapa par les cheveux pour l’emmener à l’extérieur et le jeta par terre. Link ne put amortir sa chute, ses mains étant attachées dans son dos. Avant qu’il n’ait eu le temps de se relever, elle se mit à le bombarder de coups. D’autres Gerudos se mirent à frapper également. Après plusieurs minutes qui lui parurent interminables, le jeune homme reçut un choc sur la tempe qui provoqua son évanouissement.

A son réveil, le Héros du Crépuscule se trouvait attaché à un poteau en plein soleil un peu à l’écart de la forteresse. Sa tête bourdonnait. Des traînées de sang séché parsemaient ses vêtements. La soif le tenaillait et ses lèvres étaient sèches, mais Link se refusait à demander quoi que ce soit à ses bourreaux. Le prisonnier savait pertinemment qu’il ne devait rien attendre d’eux.

Le jeune homme tenta de faire un point sur sa situation. Il était actuellement dans le passé, entre les mains de Ganondorf. Apparemment, celui-ci prenait toutes les précautions possibles et imaginables pour l’empêcher de faire la moindre tentative de fuite. Link sentait monter en lui un sentiment d’abandon et de peur. Combien de temps pourrait-il supporter ça ?

Ses forces étaient en train de le quitter. Cela faisait des heures qu’il était là sans pouvoir bouger. Tous ses muscles étaient douloureux et le manque de nourriture se faisait sentir. De plus, son voyage dans le passé l’avait secoué et les différents coups reçus ne l’aidaient pas.

Quand le soleil disparut à l’horizon, il sentit ses genoux fléchir, car ses jambes endolories commençaient à ne plus pouvoir supporter son poids. Ganondorf sortit de sa tente et s’approcha de sa proie. Sur un signe de celui-ci, une Gerudo s’approcha et versa sur la tête du jeune homme un seau d’eau glacée. Son corps réagit violemment à ce contact.

« Comment te sens-tu à présent ? As-tu toujours envie de me défier ou as-tu compris qu’il était dans ton intérêt de faire ce que je te demande ? »

Link secoua la tête.

« Jamais je ne t’aiderai, articula-t-il difficilement.
- Tu changeras d’avis. Ramenez-le dans sa cellule. »

Deux gardes s’approchèrent pour le détacher du poteau. Lorsqu’elles coupèrent les cordes qui le retenaient, ses jambes lâchèrent et il s’écroula sur le sol, incapable de se relever. Les Gerudos ne prirent même pas la peine de lui lier les mains. Les femmes l’attrapèrent chacune par un bras et le trainèrent jusqu’à sa prison.

Après lui avoir remis ses chaînes, elles repartirent en verrouillant la porte. Link resta étendu sur le sol et s’endormit. Il fut réveillé une heure plus tard par des bruits de pas dans sa cellule. Quelqu’un était entré. Le nouveau venu avait les cheveux blonds et était vêtu d’un ensemble bleu et noir qui laissait apercevoir les courbes de son corps. Ses mains et son torse étaient recouverts de bandages et son visage était dissimulé par un épais tissu lui couvrant le nez, la bouche et les cheveux.

« Je m’appelle Sheik, je suis un Sheikah. Ne bouge pas. Je vais t’aider. »

Il s’approcha de Link qui n’avait pas fait le moindre mouvement.

« Je vais te détacher pour pouvoir te soigner correctement, mais il est inutile que tu tentes quoi que ce soit. D’abord, je ne pense pas que tu en aies la force. Ensuite, je n’ai pas la clé de la porte. Me maîtriser ne te permettra pas de sortir. Me prendre en otage ne sera pas efficace non plus. Ganondorf n’hésitera pas à risquer ma vie et les conséquences pour toi risquent d’être fâcheuses. Puis-je compter sur toi pour te tenir tranquille ? »

Link répondit par l’affirmative et Sheik lui enleva les chaînes.

« Je t’ai apporté de quoi faire un brin de toilette. Tu trouveras ce dont tu as besoin dans le fond de la cellule. Ensuite, nous nous occuperons de tes blessures. »

Link se leva et se dirigea vers le seau déposé plus loin. Il retira sa chemise et utilisa l’eau pour nettoyer les nombreuses traces de sang éparpillées sur son corps. Une vive émotion était apparue sur le visage de Sheik au moment où le jeune homme avait commencé à se dévêtir, mais ce dernier n’avait rien remarqué rien.

Ensuite, le prisonnier rejoignit son visiteur. Celui-ci examina ses plaies. La plupart étaient superficielles et aucune ne nécessitait de soins très poussés. Ensuite, Sheik alla chercher le plateau qu’il avait laissé près de la porte. Celui-ci contenait le maigre repas qui avait été accordé au jeune homme : deux morceaux de pain et une cruche d’eau.

« Avale ça, tu vas avoir besoin de forces pour les épreuves qui t’attendent. Malheureusement pour toi, tu n’es pas au bout de tes peines.
- Merci pour ta gentillesse. »

Il mangea le pain et vida la cruche. Sheik s’approcha alors de lui.

« Je vais devoir te remettre les chaînes. Je n’ai pas le droit de te laisser comme ça. J’ai déjà pris des risques en doublant ta ration de nourriture. Alors, facilite-moi la tâche. »

Le jeune homme se laissa attacher de nouveau. Puis il se coucha et s’endormit avant que Sheik n’ait frappé à la porte pour que les gardes le fassent sortir.

Le même traitement lui fut infligé le lendemain et le surlendemain. Seulement, la longue attente en plein soleil était entrecoupée de périodes plus douloureuses. En effet, Ganondorf avait permis à ces guerrières de venir s’entraîner sur lui. Il recevait ainsi la visite de Gerudos qui venaient tester sur lui leurs techniques de combat. Dans l’incapacité de se défendre, Link devait encaisser les coups qui l’affaiblissaient toujours davantage.

Chaque soir, Ganondorf lui reposait la même question et obtenait la même réponse. Chaque nuit, le jeune homme recevait la visite de Sheik.

Sans les soins que lui apportait ce dernier, le Héros du Crépuscule aurait eu quelques difficultés à supporter les épreuves que son adversaire lui faisait subir. Sans l’aide de Sheik, il n’aurait peut-être pas tenu jusque-là. Pourtant, Link se posait pas mal de questions vis-à-vis de lui. D’un côté, cette personne l’avait aidé à supporter ces souffrances. De l’autre, ce n’était pas dans les intérêts de Ganondorf qu’il meurt.

Le troisième soir, Link semblait plus mal en point que les jours précédents. Il était épuisé et avait de la peine à garder les yeux ouverts. Après avoir apporté le repas du jeune homme, Sheik s’occupa de ses blessures. Ce dernier s’endormit avant le départ de son visiteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Gamezik.fr
Cristal

avatar

Féminin
Messages 43
Âge : 40
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Mar 19 Juin 2012 - 11:00

Chapitre 6

Le matin suivant, à son réveil, le Héros du Crépuscule s’aperçut que ses mains n’étaient pas entravées. Sheik avait-il omis de lui remettre les chaînes ? Ou peut-être l’avait-il fait exprès ? Malgré son épuisement, Link décida de tenter le tout pour le tout. Une telle chance ne se présenterait pas deux fois.

Entendant des pas dans le couloir, le jeune homme se coucha sur le sol en prenant soin de faire croire qu’il était attaché. Nabooru entra et s’approcha du prisonnier. Lorsqu’elle fut assez près, ce dernier bondit et s’empara du sabre que la guerrière portait à la ceinture. Le Héros du Crépuscule en utilisa le manche pour lui donner un coup, qui ne réussit qu’à l’étourdir.

Link profita des quelques secondes que lui accorda ce choc pour s’élancer vers la porte. Son habileté à l’épée lui permit de désarmer rapidement les deux gardes qui s’étaient interposées entre lui et la sortie. L’évadé courut dans les couloirs et dans les escaliers heureusement déserts pour rejoindre l’entrée de la forteresse, essayant de faire abstraction des douleurs qu’il ressentait dans presque tous ses muscles.

A la sortie du bâtiment, le jeune homme se trouva face à une quarantaine de Gerudos. N’écoutant que son courage, celui-ci tenta vainement de se frayer un passage, mais les épreuves qu’il subissait depuis trois jours l’avaient vidé de ses forces. Les guerrières réussirent à le désarmer. Comprenant que sa tentative de fuite avait échoué, Link cessa le combat. Le Héros du Crépuscule laissa les gardes lui entraver les mains et le conduire auprès de Ganondorf qui avait assisté à la scène devant sa tente.

Nabooru qui les avait rejoints le força à s’agenouiller et le maintint dans cette position. Ganondorf l’observa en souriant :

« Bravo ! Je suis impressionné. J’avais entendu parler de ton adresse à l’épée, mais te voir en action est beaucoup plus spectaculaire. »

Link garda le silence, les yeux baissés. Le jeune homme venait de comprendre qu’il s’était laissé manipuler et se reprochait d’être tombé dans ce piège.

« Tu as réagi exactement comme je le voulais. Ce que tu peux être prévisible ! Sheik était chargé de s’assurer de ta survie. C’est sur mon ordre qu’il t’a nourri et soigné ces trois derniers jours. C’est également moi qui lui ai demandé de te détacher. Ne crois surtout pas avoir un allié ici ! Cette mise en scène était nécessaire pour te faire comprendre que ta résistance est inutile. »

Le jeune homme leva les yeux vers son ennemi.

« Tu as gagné cette bataille, Ganondorf, mais la guerre n’est pas finie. Jamais je ne t’aiderai.
- Tu es obstiné ! Je pourrais continuer à te faire souffrir, mais je préfère utiliser une méthode plus efficace. Comme tu me l’as fait remarquer, le Héros du Temps est en route. Je vais te faire un aveu. Lors de notre entretien, je t’ai caché certaines informations. Comme la présence d’une deuxième personne dans le Sanctuaire à ton arrivée. Une jeune fille blonde pour être précis. »

En entendant ces mots, Link pâlit. Ganondorf n’avait pas manqué ce changement sur le visage de son prisonnier.

« Tu commences à comprendre ! Mes gardes l’ont ramenée en même temps que toi. Mais j’ignorais le genre de relations que vous pouviez avoir. C’est Sheik qui s’est occupée d’elle. Dès le début, la demoiselle lui a parlé d’un ami qui l’avait accompagnée au Sanctuaire. Son inquiétude pour lui était grande, mais nous n’étions pas sûrs qu’il s’agisse de toi. »

Ganondorf s’interrompit un instant et observa son prisonnier avec un sourire cruel.

« Alors, il a gagné sa confiance et elle nous a dit tout ce que nous avions besoin de savoir et que Xanto ignorait. Ton amie d’enfance est très bavarde lorsqu’il s’agit de toi. »

Link ferma les yeux. La situation venait d’atteindre un point de non-retour. Il sentit le sol se dérober sous ses pieds. Comment avait-elle pu être attirée avec lui dans le passé ?

« Contrairement à ce que tu aurais pu croire, la porte du temps n’est pas l’Épée, mais le Sanctuaire lui-même. Il suffit d’être entre ses murs pour faire partie du voyage. Ta copine m’aura grandement facilité la tâche. D’ailleurs la voilà. »

Link se tourna dans la direction que lui montrait son ennemi. À la vue de son amie maintenue par deux gardes, son teint devint livide. Le jeune homme sentit tomber sur ses épaules le poids de la culpabilité. Il avait de nouveau été incapable de la protéger, lui, que tout le monde prenait pour un héros.

Le héros du Crépuscule regarda Iria tenter de se défaire des deux femmes qui la retenaient pour essayer de le rejoindre, en l’appelant de toutes ses forces. Sur un signe de Ganondorf, les femmes la lâchèrent et elle se précipita vers lui. La jeune fille s’agenouilla devant lui et le prit dans ses bras en pleurant. Quand celle-ci remarqua les nombreuses traces des mauvais traitements qu’il avait subis, ses larmes redoublèrent.

Link aurait voulu lui rendre son étreinte, mais ses liens l’en empêchaient et il ne supportait pas de lire cette inquiétude dans ses yeux.

« Ne t’en fais pas pour moi ! Ce n’est pas aussi grave que ça en a l’air. »

Link n’eut pas le temps d’en dire plus, car les deux gardes attrapèrent la jeune fille par les bras et l’emmenèrent de nouveau loin de lui. Il la regarda partir, sentant que le désespoir et la peur prenaient le pas sur son courage.

« Aurais-je découvert ton point faible, le héros », lui demanda Ganondorf qui avait observé la scène en souriant.

Link se retourna vers son ennemi. Celui-ci savait qu’il avait gagné et que le jeune homme ne pourrait plus lui résister. Le roi des Gerudos se mit à rire à gorge déployée, ravi de l’effet qu’avait provoqué sa petite surprise sur son prisonnier.

« Ramenez-le dans sa cellule afin qu’il réfléchisse aux conséquences que pourrait provoquer son entêtement à vouloir me résister. »

Link fut de nouveau enchaîné au fond de sa cellule. Il était anéanti. Une fois de plus, Iria était en danger. Jusqu’à maintenant, le jeune homme avait essayé de retarder l’échéance pour permettre au Héros du Temps d’avancer dans sa mission, quitte à en payer le prix. Mais, à présent, Ganondorf risquait de s’en prendre à elle et l’idée de la voir souffrir à sa place lui était insupportable. Obéir était la seule solution.

En début d’après-midi, le Héros du Crépuscule reçut la visite de Sheik. Celui-ci venait voir dans quel état était le prisonnier. A son entrée, Link lui lança un regard noir. L’autre ne réagit pas. Il s’approcha et commença à soigner les nouvelles blessures qu’avait causées sa tentative de fuite. Le prisonnier se laissa faire sans bouger.

« Tu ne t’en es pas trop mal tiré au vu du nombre d’adversaires que tu avais en face de toi. Certaines Gerudos sont bien plus touchées que toi. Tu as un certain talent avec une épée. »

Link resta silencieux. Il ne voulait pas donner à son ennemi l’occasion de le duper à nouveau.

« Je comprends ta réaction. Je n’aimerais pas non plus avoir été manipulé de la sorte. »

Devant l’absence totale de réponse de la part de Link, il continua.

« Ne parle pas, si tu n’en as pas envie, mais écoute au moins. Ton habileté à l’épée ne sera pas suffisante pour te sortir de là. Ganondorf veut te faire suivre un entrainement pour te préparer à ta mission. Profites-en pour apprendre tout ce que tu pourras. »

Sheik avait dit tout cela à voix basse. Quand les soins furent terminés, il se releva et se dirigea vers la porte.

« Tu sembles apte à réaliser ta mission. Je vais avertir le roi des Gerudos que tu seras prêt à commencer ta préparation dès demain. Au fait, ta petite amie va bien. Je me suis occupé d’elle. Fais ce qu’on te dit et tout se passera bien. »

Laissé seul, Link en profita pour analyser la situation. Iria étant devenue une otage, sa seule issue était d’accepter la mission que voulait lui confier Ganondorf. C’est tout ce qu’il pouvait faire pour le moment, en espérant avoir une idée pour sauver la jeune fille ou en attendant l’arrivée du Héros du Temps. Ce dernier pourrait bien s’avérer être son dernier espoir.

Au bout de plusieurs heures, la porte s’ouvrit de nouveau devant Nabooru et ses deux gardes. Elles le détachèrent et l’emmenèrent sans prendre la peine de lui entraver les mains.

« Voyons voir si tu as compris ! Nous t’emmenons voir le maître. Reste calme et suis-nous gentiment si tu veux revoir ton amie. »

Elles le conduisirent dans la tente de Ganondorf où celui-ci l’attendait, installé dans un fauteuil. Les femmes le forcèrent à s’agenouiller et à baisser la tête. Link en profita pour fixer le sol. Ainsi, il ne voyait pas la mine réjouie de son ennemi.

« Mes arguments ont-ils réussi à te convaincre ou dois-je encore me montrer plus persuasif ? Vas-tu enfin faire ce que je te demande ?
- Je ferai ce que tu veux, mais ne t’avise pas de la toucher, dit-il en se libérant de l’étreinte de ses gardes pour planter son regard dans les yeux de son adversaire.
- Tu n’es pas en position pour me donner des ordres. Tant que tu feras ce que je te demande, elle ne craint rien, mais n’essaye pas de me tromper ! Cela pourrait lui coûter cher. »

Nabooru l’attrapa alors par les cheveux pour le forcer de nouveau à baisser la tête.

« Sheik m’a informé de ton état de santé. Mais il m’a aussi dit que tu n’étais pas tout à fait prêt à te lancer dans une mission périlleuse. D’après lui un peu d’entraînement ne te ferait pas de mal. À partir de demain matin, tu suivras une formation à la méthode gerudo. J’ai besoin que tu sois au maximum de ta force pour cette mission. »

Link ne quittait pas le sol des yeux, ne réagissant pas. Ganondorf continua ses explications.

« Ta mission est très simple : trouver le Héros du Temps et le ramener ici. La façon dont tu parviendras à tes fins m’importe peu. Je n’ai qu’une exigence. Je le veux vivant. Je n’ai jamais envisagé de te demander de le tuer. Je ne pense pas que tu en sois capable. De plus, je me réserve ce plaisir. Sache simplement que s’il lui arrivait un accident, cela pourrait te coûter cher ainsi qu’à ton amie. »

Nabooru releva Link et le ramena dans sa cellule. Celui-ci remarqua un changement dans la façon dont il était traité. En effet, ses mains furent attachées devant lui.

« Tes gardes t’apporteront ton repas d’ici peu. Je te conseille de prendre des forces. Tu en auras besoin. Ne tente pas de te détacher. C’est impossible. D’autres ont essayé avant toi et personne n’y est parvenu. »

Elle sortit, le laissant seul. Quelques minutes plus tard, on lui apporta de quoi se restaurer. Il mangea sans appétit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Gamezik.fr
lol-74

avatar

Féminin
Messages 288
Âge : 18
Localisation : Dans tes pires cauchemars!! xD
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Mar 19 Juin 2012 - 19:50

j'aime trop dans le chapitre 5 :
« Alors, quelle est ta réponse ?
- À quel propos ? »
C'est tellement bien rédigé qu'au chapitre 6, lorsque Link et Iria se retrouve, j'en avait des larmes aux yeux. Vivement la suite, bonne continuation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Mar 19 Juin 2012 - 19:52

Et voilà la fameuse histoire dont nous parlait Megavolt ! Merci de nous l'a faire partager Cristal et surtout : bonne continuation !
Revenir en haut Aller en bas
Kana_mojo

avatar

Masculin
Messages 2556
Âge : 38
Localisation : Sur la lune
Date d'inscription : 06/05/2011

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Mar 19 Juin 2012 - 20:37

C'est excellant =) Je t'encourage à continuer ton Fanfic!

Bravo pour se magnifique travaille qui doit te prendre beaucoup de temps! Et surtout, merci beaucoup pour nous le faire partager ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristal

avatar

Féminin
Messages 43
Âge : 40
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Mar 19 Juin 2012 - 21:14

Merci pour tous vos commentaires !

@lol-74, le chapitre 5 fait partie des mes préférés et reste pour moi un des grands moments de la création de cette histoire.

@Pokélink, je vois que ma réputation me précède, enfin la réputation de mon fanfic. ^^

@Kana_mojo, tu as raison : c'est un très long travail (entre l'écriture et les trop nombreuses relectures, j'ai arrêté de compter les heures). ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Gamezik.fr
SkyZelda

avatar

Féminin
Messages 188
Date d'inscription : 08/12/2011

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Mer 20 Juin 2012 - 1:10

Bonne continuation, très belle fic en tout cas! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cristal

avatar

Féminin
Messages 43
Âge : 40
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Ven 22 Juin 2012 - 10:30

Chapitre 7

Le lendemain matin, Nabooru vint le chercher pour l’emmener au gymnase de la forteresse. Elle le fit descendre dans une cour de combat où l’attendait un groupe de Gerudos armées de sabres et lui remit une lame.

« Ici, les règles sont simples : défends-toi ! Ne retiens pas tes coups, car tes adversaires ne te feront aucun cadeau. Et ne fais pas exprès de te faire tuer ici, car ta petite amie pourrait en subir les conséquences. »

Elle s’éloigna. Le temps d’attente ne fut pas long. Les combattantes se mirent à attaquer de tous les côtés en même temps. Le Héros du Crépuscule fit de son mieux pour se défendre, mais elles étaient trop nombreuses. Le jeune homme fut blessé à plusieurs reprises, mais à chaque fois, il se relevait et reprenait le combat.

Au bout de plusieurs heures de ce régime, Link était à bout de souffle. Il ne réussit pas à éviter le sabre d’une Gerudo qui fit une profonde entaille dans son épaule gauche. Le choc lui fit lâcher son épée.

Nabooru mit fin à l’exercice et s’approcha du blessé. Elle ramassa l’arme et lui donna une compresse pour qu’il puisse arrêter le saignement.

« Repose-toi un instant ! Je vais chercher des gardes pour te ramener. »

Elle sortit. Le jeune homme en profita pour s’asseoir une minute, mais se releva en voyant entrer ses deux geôlières. Ces dernières l’invitèrent à les rejoindre. Link s’avança. Lorsqu’il arriva à leur niveau, elles se placèrent de part et d’autre de lui et le conduisirent à sa cellule.

Ce soir là aussi, le jeune homme reçut la visite de Sheik qui entra alors que le blessé était occupé à soigner son épaule. Tournant le dos à la porte, ce dernier ne vit pas la réaction du nouvel arrivant qui semblait souffrir en voyant la plaie du prisonnier. Mais il s’était ressaisi avant que Link ne se retourne.

Sheik s’approcha, lui prit la compresse des mains et entreprit de terminer le travail.

« Comment te sens-tu après cette première journée ? Pas trop en morceaux ? Je vois que tu as pris pas mal de coups.
- Ne t’inquiète pas pour moi, j’ai donné du fil à retordre à tes amies.
- Bien ! Il va falloir que je te fasse quelques points pour aider à la cicatrisation. Ça risque de faire mal. Ça ira ?
- Va raconter ça à ton maître. Je suis sûr que ça lui fera plaisir… »

Link ne savait pas vraiment comment réagir face à cet individu. Sa méfiance vis-à-vis de lui était la seule certitude qu’il avait. Le comportement de Sheik était plus que suspect.

Le lendemain, le Héros du Crépuscule eut à subir le même entraînement qui dura plus longtemps que le précédent. Sa blessure à l’épaule l’empêchait de se servir correctement de son bras et l’obligeait à tenir son épée du côté droit. Ce qui constituait un handicap pour un gaucher. Mais le jeune homme parvenait déjà à mieux contrer les coups de ses adversaires. Plusieurs Gerudos furent blessées pendant l’échange.

Le matin du jour suivant, Link était en plein exercice quand Nabooru rappela ses troupes.

« Ça suffit pour aujourd’hui. Ganondorf veut voir le Héros. »

Elle s’approcha du jeune homme et le désarma. Depuis qu’il avait commencé à suivre l’entraînement Gerudo, ses gardes s’abstenaient de l’attacher pour l’emmener de sa cellule au gymnase et inversement. Pourtant, Nabooru sortit une corde et lui attacha les mains derrière le dos. Link se laissa faire sans protester. Elle le conduisit dans la tente de Ganondorf et le fit asseoir avant de sortir sans avoir prononcer un mot.

« Mes espions ont retrouvé le Héros du Temps. Il est plus avancé dans sa quête que je ne le pensais. Le temps presse. Tu pars demain. Sheik t’accompagnera. N’oublie pas que le sort de ton amie dépend du succès de ta mission. Profite du reste de la journée pour te reposer ! Tu auras besoin de toute ton énergie. »

Ganondorf rappela Nabooru qui ramena Link dans sa cellule. Sheik l’y attendait.

« Tu es prêt à partir ?
- Je n’ai pas grand-chose à préparer. Vous m’avez pris tout ce que j’avais.
- Tout te sera rendu demain. D’après mes dernières informations, le Héros du Temps doit réveiller les cinq sages protégeant les temples d’Hyrule. Trois d’entre eux ont déjà été réveillés. Il est en route pour s’occuper du quatrième et se trouve actuellement dans le cimetière de Cocorico. C’est là que nous irons demain. Si nous nous débrouillons bien, nous pourrions l’y retrouver. Je t’en dirais plus en chemin. Es-tu d’accord ?
- Ai-je le choix ?
- Pas vraiment. Je n’ai pas le temps de m’occuper de tes blessures aujourd’hui. Ton amie devrait pouvoir le faire. Si tu as des choses à lui dire, fais-le maintenant. Elle quitte le désert en fin d’après-midi. Peu de personnes savent où. Demain, tu récupères tes armes. Si tu tentes la moindre chose contre moi ou contre Ganondorf, Iria mourra… et toi aussi ! »

Sheik posa sa main sur l’épaule de Link et lui murmura à mi-voix pour que les gardes n’entendent pas.

« Garde courage. Tout n’est pas perdu… »

Puis il quitta la cellule.

En début d’après-midi, la porte de sa geôle s’ouvrit pour laisser entrer Sheik et Iria. Elle sourit à la vue de son ami. Celui-ci se leva, mais fit une grimace car il venait de se lever en se servant de son bras blessé.

Remarquant que Link était visiblement mal en point, elle s’approcha de lui avec tout le matériel nécessaire aux soins. La jeune fille commença par enlever le bandage qui protégeait l’épaule de son ami et fit de son mieux pour éviter de lui faire mal, estimant qu’il avait déjà suffisamment souffert. La plaie fut nettoyée et recouverte soigneusement.

Iria n’avait pas ouvert la bouche depuis qu’elle était arrivée, trop bouleversée par l’état dans lequel ses adversaires avaient mis le jeune homme. Lui, non plus, n’avait rien dit. Il regardait la jeune fille, se sentant responsable de sa captivité.

Après les soins, la demoiselle vint se blottir contre lui. Ils s’installèrent dans les bras l’un de l’autre. C’est ce moment qu’elle choisit pour briser le silence qui s’était installé entre eux.

« Link, peut-on parler de notre situation ? Je me pose pas mal de questions sur ce qu’il se passe.
- D’accord ! J’y répondrais du mieux que je pourrais.
- Où sommes-nous ?
- Dans le désert Gerudo.
- Mais n’est-il pas censé être inhabité ?
- Tu dois savoir quelque chose ! Tu vas sans doute avoir du mal à le croire, mais c’est la vérité. Tu sais que je suis incapable de te mentir. Lorsque j’ai replacé l’Épée de Légende sur son piédestal, j’ai déclenché un mécanisme qui a ouvert une porte temporelle. Nous avons été envoyés dans le passé. A l’époque où Ganondorf a été vaincu par le Héros du Temps. »

Le jeune homme raconta alors à son amie le terrible piège qui avait été tendu à son intention et ce qui lui était arrivé depuis son réveil dans cette prison, il y avait maintenant plusieurs jours. Le Héros du Crépuscule ne lui cacha rien, la sachant de taille à supporter la vérité.

« Et maintenant, si je ne fais pas ce que veut Ganondorf, il s’en prendra à toi.
- J’avais compris qu’il se servait de moi pour te contraindre à lui obéir. Oh, Link, je suis si désolée. Je t’observais à la clairière. J’ai dû trop m’approcher … »

Elle était sur le point de se mettre à pleurer. Il retira une larme qui s’était échappée de ses yeux avec son doigt et lui sourit tristement.

« J’aurais dû être sur mes gardes en replantant l’épée. J’avais relâché ma vigilance. Tout est de ma faute. C’est à moi de me faire pardonner. »

Iria se serra contre son ami pour lui faire comprendre qu’elle ne lui en voulait pas. Il la serra à son tour.

« À toi maintenant, raconte-moi comment ça s’est passé depuis ton réveil.
- Il n’y a pas grand-chose à dire. J’étais enfermée dans une cellule. C’est Sheik qui s’occupait de moi. Je le trouvais gentil. Je lui ai parlé de nous. Je ne pensais pas que ces informations seraient utilisées contre toi. Quand je t’ai vu ce matin-là, j’ai compris… »

Elle se redressa et le regarda dans les yeux.

« J’ai compris qu’ils allaient se servir de moi contre toi. Je l’ai lu dans tes yeux. Je n’ai ni ton courage ni ta force physique, mais je te fais confiance. Je sais que tu me sauveras. »

Quand Sheik vint rechercher Iria en vue de son prochain départ, en début de soirée, elle se leva et s’en alla. Les jeunes gens s’étaient préparés à cette séparation et s’étaient déjà dit au revoir. L’homme de Ganondorf en avait profité pour amener le repas du prisonnier. Avant de quitter la pièce, il lui apprit qu’ils quitteraient le campement le lendemain à la première heure.

« Tu ferais mieux de manger et de te reposer, maintenant. Nous avons une longue route à faire demain. »

Le jeune homme fit ce que Sheik lui avait conseillé. Très vite, une somnolence s’empara de lui. Comme le phénomène s’accentuait, le Héros du Crépuscule comprit qu’une drogue avait été mélangée à sa nourriture. Link fit de son mieux pour résister, mais il sombra dans l’inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Gamezik.fr
Near66

avatar

Masculin
Messages 704
Localisation : Paris (75)
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Ven 22 Juin 2012 - 16:16

C'est juste EXCELLENT, bravo. Je n'ai même pas envie d'imaginer le nombre d'heure que ça a du te prendre. C'est incroyable ! affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zeldaforum.forumactif/
Cristal

avatar

Féminin
Messages 43
Âge : 40
Date d'inscription : 20/02/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Dim 24 Juin 2012 - 1:01

Chapitre 8

Quand Link se réveilla le lendemain, la matinée était déjà bien avancée et aucun bruit ne se faisait entendre dans la forteresse. Le prisonnier remarqua que la porte de sa cellule était ouverte et que ses chaînes lui avaient été ôtées. Le Héros du Crépuscule se leva et découvrit tout son matériel posé dans un coin de sa cellule, y compris la magnifique épée, cadeau de la princesse Zelda. Il remit sa cotte de mailles, sa tunique ainsi que son couvre-chef et prit ses armes.

Le jeune homme sortit en empruntant les couloirs, mais il ne rencontra personne. La vue du camp déserté confirma son pressentiment : les Gerudos avaient quitté la forteresse avec Ganondorf. Sheik était seul et préparait leur prochain départ.

Quand Link apparut, celui-ci ne put s’empêcher de le fixer.

« Que se passe-t-il ?
- C’est fou, ce que tu lui ressembles !
- A qui ?
- Au Héros du Temps. Avec cette tenue, on pourrait facilement vous confondre.
- Pourtant, ton maître ne semble pas avoir remarqué cette similitude.
- Il ne l’a connu qu’enfant. Tu as récupéré toutes tes affaires ?
- Oui, j’ai tout. Je suis prêt.
- Comment va ton épaule ? Pourras-tu voyager ?
- Si tu crains que cette blessure m’empêche de chevaucher, il aurait peut-être fallu y penser avant de m’envoyer me battre contre toute une armée.
- Je vois que tu n’as pas perdu ton sens de la répartie. Bien ! Alors, allons-y. »

Link le retint par le bras.

« Attends ! Juste une question : pourquoi m’avoir drogué hier soir ?
- Pour plusieurs raisons. La première : tu avais besoin de repos. La seconde : Ganondorf est parti avec Iria et toute son armée. Il ne voulait pas que tu sois au courant avant ce matin. Si tu ne réalises pas ta mission et que tu tentes de retrouver ton amie, elle mourra.
- Ce tyran met tout en œuvre pour bien me faire comprendre qu’il a toutes les cartes en main et que je ne suis pas en mesure de m’opposer à lui. Les séances d’entrainement m’ont montré que je n’ai pas la force suffisante pour battre son armée.
- Le but premier était effectivement de te démontrer la supériorité de ses troupes mais il voulait aussi t’affaiblir.
- M’affaiblir ? Avant de m’envoyer chercher le Héros du Temps ?
- Notre roi ne s’attend pas à ce que tu attaques ton ancêtre. Tu es incapable de le blesser ! Il le sait et toi aussi ! »

Link baissa les yeux. Sheik avait raison. Ce dernier lui tendit les brides d’un des deux chevaux et monta sur l’autre. Deux minutes plus tard, ils galopaient en direction de la plaine d’Hyrule. Au bout d’une heure, le jeune homme commençait déjà à ressentir des douleurs dans son épaule provoquées par les mouvements du cheval.

Les deux cavaliers mirent plusieurs heures pour atteindre la limite du désert. Devant eux, s’étendait une forêt. Ils décidèrent de s’y arrêter pour laisser les chevaux se reposer.

« Nous ne repartirons que demain matin. Il y a une source juste à côté. Profites-en pour faire un brin de toilette. Après les épreuves que tu as subies ces derniers jours, ça ne pourra que te faire du bien. Prends cette chemise ! La tienne est couverte de sang. Ça ferait mauvais effet … »

Link se dirigea vers l’endroit indiqué et s’y baigna un long moment. Les sources du royaume d’Hyrule avaient des effets curatifs sur certaines blessures. Lorsqu’il retourna auprès de Sheik, le jeune homme se sentait déjà mieux.

« Ton épaule ? J’ai vu qu’elle ne t’a guère laissé en repos pendant le trajet. L’eau t’a-t-elle fait du bien ? Montre-moi ! »

Il s’approcha de lui et observa la blessure.

« La cicatrisation a commencé. Tu as été frappé par une lame Gerudo. Elles sont connues pour faire de gros dégâts dans la chair. Ta blessure risque de mettre du temps à guérir. »

La nuit tombant, ils allumèrent un feu et s’installèrent. Link s’était mis à réfléchir. Levant la tête, il s’aperçut que son compagnon de route l’observait avec insistance.

« Pourquoi me regardes-tu comme ça ?
- Je cherche les réponses à mes questions au fond de tes yeux.
- Pourquoi ne pas me les poser directement ?
- Parce que les yeux sont incapables de mentir. Puis-je te faire confiance ? Je pense que oui.
- Me faire confiance ? Tu as peur de quoi ? Que je te tue dans ton sommeil ? Si j’avais eu cette idée, ne penses-tu pas que j’aurais mis fin à ta vie dans le désert. Je risquais quand même moins d’être vu là-bas qu’ici.
- Détrompe-toi, tout le long de notre trajet, nous étions suivis. Nous sommes surveillés depuis que nous avons quitté la forteresse. Mais ils sont loin et ne peuvent pas nous entendre. Ganondorf ne me fait pas confiance et il a raison. En fait, je suis du côté du Héros du Temps … et du tien. »

Link semblait sceptique devant les paroles de celui qui se prétendait son allié.

« Tu étais de mon côté, quand tu m’as manipulé ? Ou quand tu as donné à Ganondorf la méthode pour me contraindre, en lui révélant ma relation avec Iria ? Que dire du moment où tu l’as convaincu de me faire affronter son armée complète ?
- Je n’ai fait qu’obéir à mon supérieur. Je t’ai soigné. Il s’agissait d’un ordre également, mais j’ai fait un peu plus que simplement te garder en vie. En risquant ma couverture. Quant à mes actions, tu aurais sans doute préféré continuer à te prendre des coups sans pouvoir te défendre. Je t’ai offert la possibilité d’apprendre certaines attaques des Gerudos. Pourquoi crois-tu que ta dernière séance d’entraînement a été écourtée ? »

Link ne répondit pas.

« Nabooru a remarqué que tu commençais à reproduire les attaques de tes adversaires. Ce que tu as appris te sauvera peut-être la vie !
- Désolé. Je n’avais pas vu les choses sous cet angle. »

Sheik se tut un instant, comprenant la réaction du Héros du Crépuscule. Il lui avait donné des raisons de se méfier.

« Ne le sois pas. J’aurais probablement réagi de la même façon. Sache que tu ne la sauveras pas en obéissant aux ordres. Et que tu as peu de chances d’en sortir vivant.
- Je sais que ce tyran ne me laissera pas en vie et qu’il nous tuera tous les deux quand je ne lui serais plus utile. J’essaie juste de gagner un peu de temps… sans grand espoir.
- Tu représentes un risque trop important pour lui. Après tout, tu l’as déjà battu. Tu n’es plus seul maintenant. Une fois qu’on aura retrouvé le Héros du Temps, il nous aidera. »

Après un instant de silence, Link reprit la parole.

« Quel est ton plan ?
- En ce moment, il est à Cocorico, dans le Temple de l’Ombre. Sa prochaine destination se trouve au milieu du désert. Nous lui servirons de guide.
- Comment va-t-on s’y prendre ?
- Il me connait. Je l’ai déjà aidé à plusieurs reprises. Je lui dirais que je te conduis dans le désert pour des recherches et je lui proposerais de nous accompagner. Je ne m’attend pas à un refus de sa part. »

Le jeune homme réfléchit un instant, puis reprit de plus belle.

« Et où le mènerons-nous ?
- Dans une embuscade. L’armée gerudo doit nous retrouver à un endroit précis du désert. Nous serons capturés et emmenés dans la forteresse. Une fois là-bas, je ferais mon possible pour mettre Iria à l’abri et nous aiderons le Héros du Temps à se débarrasser du tyran.
- Ton plan semble parfait, mais quand lui parlerons-nous?
- Je lui expliquerai tout à la forteresse.
- Pourquoi pas avant ? Si les gardes le surveillent autant que moi, ça risque d’être difficile.
- N’oublie pas que je suis libre de mes mouvements là-bas. Ils ne méfient pas de moi, je fais partie de leur bande. »

Soudain, Link se rappela la conversation qu’il avait eue avec Ganondorf le premier jour.

« Attends, as-tu rencontré Xanto, le mystérieux visiteur ?
- Non, j’ai appris son existence par Ganondorf. Il m’a parlé de toi, de la raison de ta présence et de ton rôle dans son plan. Pourquoi me demandes-tu ça ?
- Ton maître a reçu des informations sur son futur. Or, tu me dis que tu es du côté du Héros du Temps depuis le début. Il a pu lui dire que tu allais le trahir.
- Ça reste une possibilité. Mais, je ne pense pas qu’il le lui ait dit. Sinon, je n’aurais pas été choisi pour cette mission.
- Justement, il ne te fait pas confiance. Le doute doit l’habiter. C’est sûrement une épreuve. Son but est de te prendre en flagrant délit de trahison.
- C’est un risque qu’il va falloir courir. »

Désirant arriver à Cocorico avant le départ du Héros du Temps, Sheik et Link repartirent à l’aube le lendemain matin. Après plusieurs heures de chevauchée, ils parvinrent au village et l’aperçurent près de l’auberge locale. Celui-ci préparait sa monture pour un long voyage.

Âgé d’environ dix-sept ans, le jeune homme avait les cheveux blonds et les yeux bleus. Il portait une tunique verte au-dessus d’une chemise blanche ainsi que des guêtres claires. Un bonnet vert était posé sur sa tête et des boucles d’oreilles bleues pendaient à ses oreilles pointues. Sheik remarqua l’étonnement sur le visage de son compagnon.

« Je te l’avais dit, on pourrait vous confondre. Il va falloir que tu dissimules tes vêtements et ton visage. Prends ce manteau ! »

Link l’enfila après avoir retiré son bonnet. Le col du vêtement ne laissait apparaître que ses yeux.

« Comment allons-nous l’aborder ?
- J’ai une idée. Regarde, il se trouve à côté d’un marchand et a dû s’équiper pour le voyage. Va acheter ce dont nous avons besoin. Je m’occupe du reste.
- D’accord.
- Au fait, Link, si j’utilise ton vrai prénom, il pourrait se poser des questions. Comment puis-je t’appeler ? »

Celui-ci réfléchit un court instant et repensa à son maître d’armes au village de Toal.

« Appelle-moi, Moï !
- Entendu, vas-y. »

Link se dirigea vers le Héros du Temps, toujours occupé à charger son matériel sur son cheval. Il passa près de lui sans le regarder et s’arrêta auprès du marchand pour lui acheter les denrées nécessaires à leur voyage. Soudain, une voix appela :

« Moï ! »

Les deux jeunes hommes se retournèrent en même temps.

« Sheik ? Que fais-tu là, demanda le Héros du Temps.
- Je t’ai dit que je servais parfois de guide. Moï fait des recherches sur les anciennes civilisations. Il veut explorer le désert. Je l’accompagne.
- C’est justement là que je me rends aussi. Peut-être pourrions-nous faire un bout de chemin ensemble. »

Ce qui fut dit fut fait. Le temps pour Sheik et Link de faire leurs propres préparatifs de départ et une heure plus tard, ils étaient en route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Gamezik.fr
lol-74

avatar

Féminin
Messages 288
Âge : 18
Localisation : Dans tes pires cauchemars!! xD
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   Dim 24 Juin 2012 - 9:25

Je trouve l'idée très bien trouvée des 2 Link, c'est très bien expliqué et on s'imagine y être Smile Bonne continuation Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Temps d'un Crépuscule (13+)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Temps d'un Crépuscule (13+)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZELDA PLAYER :: 100% The Legend of Zelda :: Les Artistes d'Hyrule :: Fan Fiction-
Sauter vers: